Maria Valtorta (1897-1961) est un personnage controversé. Indéniablement mystique, et au moins aussi indéniablement douée d’une écriture d’une force et d’une beauté exceptionnelle, elle transcrit à partir de 1943, dans des cahiers les visions et les « dictées » qu'elle dit recevoir. 

Les passages évoquant des scènes de la vie du Christ, publiés sous le titre L'Évangile tel qu'il m'a été révélé, sont interdit de publication en 1949 par le Saint-Office, et mis à l'Index le 16 décembre 1959. Les autorités catholiques continuent de ne pas reconnaître d'origine surnaturelle aux visions et aux « dictées » de Maria Valtorta, mais elle a au sein de l’Eglise des partisans plus qu’enthousiastes. Et ce qui est absolument certain, c’est que nombre de passages sont d’une beauté à couper le souffle.
C’est notamment le cas de ceux où la Vierge est d’abord une mère qui hurle à la mort parce que son fils a été crucifié.

Dans ces lignes, ce n’est plus la très Sainte et Bienheureuse Vierge Marie qui parle, mais toutes les femmes qui depuis toujours et aujourd’hui encore ont été et sont confrontées au plus indicible qui soit : la mort de l’enfant. 
C’est d’abord un cri brut, mais c’est aussi, nécessairement, un processus, et un processus au cours duquel on passe du cri d’amour pur au cri de révolte, et de révolte contre Dieu… On comprend que l’œuvre ait été mise à l’Index. Mais on comprend aussi ce que ces textes ont de profondément théâtral, en ce sens qu’ils manifestent une évolution dramatique pure, une mise à nu de l’âme.

Marie Hasse est cette femme qui est toutes les femmes, cette mère qui est toute les mères, cet être humain qui est toutes les souffrances du monde. Avec cette délicatesse et cette subtilité qui lui est propre, elle raconte une expérience qui nous touche tous, croyant ou non. Et peu importe que Maria Valtorta soit une sainte ou une une folle. Ce qui court sous sa plume nous parle. Et son cri est incarné.

À retenir

  • Durée : 00:55
  • Capacité : Jusqu'à 100 personnes
  • Lieu de départ :
    Domaine du Centenaire
    Lieu-dit Les Gaillots
    3, route de St Didier
    Broût Vernet 03110
  • Contact :
    Théâtres de Bourbon
    6 rue de l'église
    Veauce 03450
    theatresdebourbon@yahoo.com

Les lamentations de la Vierge (Domaine du centenaire)

Dès

11,50 €